Accueil > Franc-maçonnerie, Mixité > FRANC MACONNERIE, MIXITÉ : QUELQUES EXPLICATIONS – Suite à la décision de la CSJM du 8 avril 2010

FRANC MACONNERIE, MIXITÉ : QUELQUES EXPLICATIONS – Suite à la décision de la CSJM du 8 avril 2010

14 avril 2010

Suite à la décision de la Chambre suprême de justice maçonnique du 8 avril 2010 sur la liberté laissée aux loges du Grand Orient de France d’initier des femmes, Jean-Michel Quillardet s’exprime dans un communiqué intitulé Franc-maçonnerie, Mixité : Quelques explications.

FRANC MACONNERIE, MIXITÉ : QUELQUES EXPLICATIONS


La toute dernière décision de la Chambre suprême de justice maçonnique du Grand Orient de France est naturellement une étape décisive vers la liberté laissée aux loges du Grand Orient de France d’initier ou non des femmes.

Il est regrettable qu’à ce jour, la décision n’ait pas été publiée afin que chacun des membres du Grand Orient de France puisse en connaître très exactement la teneur.

Il semblerait cependant que la Chambre suprême de justice maçonnique à juste titre considère qu’au regard du règlement intérieur actuel du Grand Orient de France, aucune disposition explicite n’empêche une loge du Grand Orient de France d’initier une femme.

On ne peut par conséquent que prendre acte de cette position de droit exprimée avec clarté.

Toutefois, incontestablement, l’initiative prise par l’exécutif d’engager une procédure devant la Chambre suprême de justice maçonnique, cinq mois avant le convent, en demandant l’exclusion du Grand Orient de France des cinq loges ayant antérieurement initiées des femmes ne peut, aujourd’hui, que diviser l’Obédience.

Beaucoup de frères ont aujourd’hui l’impression qu’ils sont mis devant le fait accompli et qu’est ainsi édictée une règle générale s’imposant, immédiatement à tous, réforme fondamentale de l’Obédience à laquelle ils ont le sentiment de ne pas prendre part.

Car en effet, aujourd’hui, compte tenu de l’état du droit rappelé par la Chambre suprême de justice maçonnique, les frères du Grand Orient de France lors du prochain convent n’auront qu’une seule alternative :

–         prendre acte du règlement général ainsi opposé par la Chambre suprême de justice maçonnique ou transformer le règlement général en y introduisant la notion de masculinité.

Cruel dilemme pour beaucoup !

Rappelons la chronologie de cette affaire.

La question de la liberté des loges du Grand Orient d’initier ou non des femmes se pose depuis de très nombreuses années et les exécutifs successifs du Grand Orient ont toujours été interpellés par le monde profane, la société civile et à l’intérieur même de l’Obédience.

Les non-dits, occulter les problèmes, n’est jamais une bonne solution.

C’est la raison pour laquelle, présidant l’obédience (septembre 2005 – septembre 2008), lors de mon discours d’installation après ma réélection en septembre 2006, j’annonce qu’un grand débat sur cette question sera organisé dans l’Obédience au cours de l’année 2006-2007 ce qui n’avait jamais été fait auparavant.

Soit colloque avec les loges favorables à l’initiation et les Obédiences adogmatiques et libérales, diffusion des actes du colloque, débat au sein du Conseil de l’Ordre, relayé dans de nombreux congrès régionaux et loges…

Des discussions étaient par ailleurs engagées avec un collectif de loges favorables à l’initiation pour rechercher une commune solution, ce qui n’avait jamais été entrepris par les exécutifs précédents.

En septembre 2007 le convent, quant à lui, refusait d’en débattre.

Le conseil de l’Ordre de l’époque continue au cours de l’année 2008 à poser le problème.

En juin 2008, pourtant, 5 loges initient des femmes sans attendre la décision du convent de septembre 2008.

Celui-ci après avoir refusé l’initiation des femmes à une courte majorité, décidait de renvoyer néanmoins cette question à l’étude des loges.

Or au cours de l’année 2008-2009, aucun débat n’était organisé.

L’exécutif demandait par contre l’exclusion de près de 200 frères membres des loges ayant initiées des femmes… , plainte ensuite retirée.

Le convent 2009 refusait également la liberté des loges mais dans des conditions telles que la Chambre suprême devait annuler lesdites décisions pour irrégularités flagrantes !

La CSJM renvoyait par ailleurs l’Obédience aux décisions prises par le convent 2008 soit : « retour aux loges… ».

Force est de constater qu’au cours de cette période, il ne s’est rien passé, alors que c’était justement l’occasion de poser les problématiques juridiques sans forcer la conscience de chacun.

Aujourd’hui l’Obédience est déchirée.

Devant la situation de fait que nous connaissons il importe de tout faire pour rassembler l’Obédience et que chaque frère aujourd’hui membre du Grand Orient de France puisse continuer à y trouver sa place dans une démarche singulière et spécifique.

Incontestablement la saisine de la Chambre suprême de justice maçonnique par le Conseil de l’Ordre a, malheureusement, créé les conditions d’une division et d’un climat passionnel.

Comment sortir de cette impasse ?

Une solution miracle : La confédération ? La fédéralisation ? Fusion avec une obédience mixte ?

Face au risque d’un véritable schisme il serait particulièrement dommage que l’on tente d’y parer par le morcellement de l’Obédience.

Favorable à la liberté des loges d’initier, nous n’envisagions pas qu’une telle réforme se réalise de cette façon.

J’ai regretté la dernière décision du convent mais j’ai toujours indiqué que c’était par la conviction, le partage, la transmission, le débat que nous pouvions faire triompher l’idée de liberté et souveraineté des loges devant le convent par un vote démocratique.

Aujourd’hui du fait de la précipitation brutale avec laquelle la Chambre suprême de justice maçonnique a été saisie et qui a légitimement dit  le droit, nous nous voyons confrontés à deux réalités :

–         la réalité implacable d’une décision de la CSJM quant à l’application du RG  ;

–         le désarroi non moins inflexible et respectable de nombreux frères de l’obédience.

Il faut par conséquent, à partir de ce jour, tout faire pour, dans l’unité de l’Obédience,  une et indivisible, et ce avant le convent, ensemble,  trouver à l’intérieur de l’Obédience pour chaque frère, pour chaque loge la voie qui lui est propre dans le cadre de la souveraineté des loges et du respect de la liberté d’autrui.

C’est une démarche exigeante qui nécessite compréhension, conviction, pédagogie.

Elle doit faire fi de toute arrière pensée ou manipulation de toute sorte et faire appel à l’expérience, la fraternité et le rayonnement universel de l’Obédience.

Reprenons les leçons de notre histoire, de notre unité et de notre fidélité.

La résolution de cette question essentielle pour notre avenir est d’abord le problème des frères et des loges.

Saisissons-nous-en.

Jean-Michel Quillardet

Publicités
  1. Calou 49
    14 avril 2010 à 10:54

    Il existent bien des frères qui ne sont pas contre la mixité mais surement contre « le passage en force » ou le judiciaire prend le pas sur le législatif. pauvre Montesquieu!!!

  2. Salomon32
    14 avril 2010 à 21:10

    Relisez bien ce texte de notre ancien GM: il ne faut pas reprocher à la CSJM de dire le droit. Qui l’a saisie et dans quel but?
    Il ne faut pas non plus se voiler la face, les FF ont refusé le débat sur la question de l’initiation des femmes à La Rochelle (passage à l’ordre du jour) et ils ont accepté de voter sans débat à Lyon en 2009. Il est un peu tard pour les larmes de crocodile. Aujourd’hui il faudrait évidemment que l’on puisse lire et étudier la décision de la CSJM. Il nous faut retrouver le chemin du travail et la parole que nous nous sommes laissés confisquer

  3. Guil
    15 avril 2010 à 08:30

    Si jamais le convent 2010 prononce la masculinité de l’obédience, qu’adviendra t-il des quelques femmes qui vont être initiées d’ici là – et celles qui l’ont déjà été par les 5 loges dont il est question? Le GO peut-il les mettre çà la porte alors qu’elles auront été initiées régulièrement? En sachant tout ce que peut impliquer pour une apprentie, pour sa vision de la maçonnerie et son avenir dans la voie initiatique, de se retrouver au beau milieu d’une tempête maçonnique dès les premiers mois… Ca va également faire partie du dilemne lors du vote du convent sur ce point!

  4. LEVIER75
    15 avril 2010 à 11:54

    Un moment difficile à passer pour les FF.°. mais aussi pour certaines SS.°. de la Grande Loge Feminine de France… dont je fais partie. La tentation de rejoindre le Grand Orient pour sa capacité à réagir et agir dans le monde, me tente et j’attends les réactions de mon Obédience.

  5. mollo
    15 avril 2010 à 12:24

    L’article de notre F.°. Jean-Michel résume bien la question.Au dela des procédures, ce qui est en jeu ce sont l’avenir et l’identité du Grand Orient.Convenons que l(identité, au contraire de ce qui peut etre trouvé dans d’autres obédiences , n’est pas centrée sur la masculinité, mais sur la diversité des loges et des rites et la défense de la laicité. De ce fait la mixité, pour employer un mot impropre dont chacin connait le sens, est inévitable et meme souhaitable, elle poursuit une ouverture sociale à laquelle l’ordre ne peut que souscrire.Un Grand Orient qui refuse est très laid , complexé sur ses valeurs, sur la défensive alors que beaucoup d’autres débats et combats de fond doivent avoir lieu.Comme dans toute confrontation de faction, il faut pour passer accorder des droits aux ateliers qui refusent la mixité, revoir le processus électoral , ept etre à cet égard prévoir à terme une parité des postes ou au dédut quelques postes réservés. En tout cas cette revolution est comparable au convent qui osa rennoncer au Gadlu, il faut l’assumer dans toutes ses dimensions, électorales, administratives, logistiques, gérer les arrivées notamment, pour que , comme le dit Jean-Michel, nous soyons heureux et fier de faire partie du Grand Orient.

  6. Ethel
    15 avril 2010 à 12:48

    @ Guil.

    Les femmes savent être des pionnères, je ne m’inquiète pas trop pour elles.

    Sinon, difficile de prendre position, je ne m’y aventurerai pas, quoique… 🙂

    Pour moi j’aime l’idée de la résistance lorsqu’on a une conviction et je salue les frères qui ont eu le courage d’initier nos soeurs.

  7. mollo
    15 avril 2010 à 15:12

    désolé des fautes de frappes et d’orthographe dans mon précédent message, c’est la passion qui parlait sans relecture!

  8. Ethel
    16 avril 2010 à 12:34

    Avant tout je voulais remercier le blog de « Lamech » Gladu.info d’avoir signaler votre blog.

    A Levier, je suis aussi à la GLFF et c’est vrai que cela ouvrirai d’autres perspectives.

  1. 14 avril 2010 à 23:06
  2. 18 juin 2014 à 13:14
Commentaires fermés
%d blogueurs aiment cette page :