Archive

Archive for the ‘Europe’ Category

DÉCHÉANCES

La constitutionnalisation de l’état d’urgence et de la déchéance de nationalité étendue proposée par le président de la République ne va pas dans le bon sens.

Contrairement à ce qu’a dit le Premier ministre, personne ne s’égare lorsque l’on s’oppose au nom des valeurs à des textes juridiques qui vont à l’encontre des principes fondamentaux de la République et de la démocratie.

On ne combat pas l’extrême droite française en reprenant purement et simplement ses thèses, c’est au contraire la cautionner et la légitimer.

On ne combat pas le terrorisme en suspendant les règles démocratiques, car c’est le but poursuivi par le terrorisme lui-même.

On ne combat pas le sectarisme en faisant de l’État de droit un État d’exception.

Ce que cherchent les terroristes islamistes, c’est que l’on réponde à leur violence aveugle par une même violence pour déstabiliser notre société fondée depuis 1789, sur le respect des libertés individuelles et collectives.

Ce que l’extrême droite française cherche, c’est mettre en place un régime autoritaire, pouvant imposer le point de vue du pouvoir exécutif à tout moment et en toutes circonstances faisant fi des droits des minorités.

Si l’extension de la déchéance de nationalité ne pose pas de problème en soi face aux barbares, elle n’en est pas moins un risque majeur pour l’évolution de nos sociétés.

Frappé au marbre même de la Constitution de la République française, elle restera pour toujours un symbole de cette distinction entre les Français dit de souche et ceux qui ne le sont pas tout à fait…

À partir de cette constitutionnalisation, un pouvoir dogmatique (d’extrême droite, de droite ou de gauche…) pourra s’en emparer pour étendre cette notion à d’autres crimes ou délits…

La constitutionnalisation de l’état d’urgence, offre la possibilité pour tout pouvoir exécutif quel qu’il soit de le mettre en œuvre quand il veut, à tout moment et sans contrôle.

Le fait de constitutionnaliser l’état d’urgence et la déchéance de nationalité permet au gouvernement de se dispenser du contrôle de la constitutionnalité par le Conseil constitutionnel.

Et ainsi d’éviter que le Conseil constitutionnel puisse dire que la déchéance de nationalité n’est pas conforme à la Constitution ainsi qu’un certain nombre de mesures prévues par l’état d’urgence…

C’est donc un coup de force.

Un coup de force légal certes mais un coup de force quand même…

C’est inacceptable au nom des valeurs, c’est dangereux pour le futur.

On aurait pu s’attendre qu’un pouvoir de gauche, se rappelle que la gauche est d’abord un humanisme.

On aurait pu s’attendre d’un gouvernement de gauche qu’il, pour des mesures aussi exceptionnelles, s’entoure de toutes les garanties (contrôle par le Conseil constitutionnel, débats au sein de la société civile, avis de la Commission nationale consultative des Droits de l’Homme, avis du défenseur des droits…).

Ce gouvernement de gauche fait preuve d’un autoritarisme populiste.

Le peuple n’a pas toujours raison, le peuple fut souvent contre la démocratie dans certains pays, à certaines heures sombres de l’histoire…

La grandeur du politique est de savoir quelquefois aller à l’encontre de l’opinion et rappeler les valeurs et les principes.

Ce fut le cas de François Mitterrand lorsqu’il fit le nécessaire avec Robert Badinter pour que la peine de mort soit abolie en France.

Quelle sera la grandeur de ceux qui nous dirigent actuellement ? Que restera-t-il dans l’histoire ?

Le président de la République lorsqu’il était candidat aux élections présidentielles avait promis la constitutionnalisation de la loi de 1905 dans son article 1 et 2…

Il terminera son mandat par la constitutionnalisation de l’état d’urgence et la déchéance de nationalité.

Quelle tristesse et quelle déception.

Puisse cette année 2016 que chacun retrouve ses esprits et enfin, de manière rassemblée, clame avec force et vigueur, la force, la sagesse et la beauté de la République humaniste et démocratique.

Publicités

Communiqué sur le recul de la liberté d’expression en Pologne

 

Golgota picnicL’Observatoire international de la laïcité entend dénoncer l’annulation du spectacle « Golgota picnic » de Rodrigo Garcia, initialement programmé le 9 juin dernier, dans le cadre du festival interdisciplinaire Malta de Poznań, en Pologne.

Une pétition qui aurait été signée par plus de 67 000 personnes aurait demandé l’interdiction de cette pièce considérée comme « un blasphème public et explicite qui ne peut être toléré par aucun chrétien (…) ».

La direction du festival a expliqué que cette lettre fut reprise par les médias de droite et catholiques, qui lui ont donné un large écho.

L’archevêque de Poznań a lui-même condamné la pièce et demandé son interdiction.

Le maire de Poznań, au prétexte que la sécurité du spectacle ne pouvait être assurée, a demandé à la direction du festival son annulation, ce que, contrainte et forcée, elle a accepté.

Heureusement de nombreux Polonais se sont élevés contre cette ingérence inacceptable de la religion dans l’expression artistique.

Ils dénoncent une atteinte à la liberté d’expression et de création.

L’Observatoire international de la laïcité reprend à son compte ce combat.

Au moment où en France, les principes de laïcité sont, le plus souvent circonscrits à des problèmes posés par la communauté musulmane, il est important de rappeler que l’intégrisme religieux partage toutes les religions quelles qu’elles soient.

Que des catholiques n’apprécient pas un spectacle, c’est leur droit, qu’ils le critiquent, ou même qu’ils le dénoncent, cela fait partie du débat démocratique.

Mais que des autorités religieuses et des autorités politiques, fassent pression pour l’annulation d’une pièce de théâtre est évidemment non-seulement un crime contre l’esprit mais une atteinte au principe de la séparation du religieux et du profane, des églises et de l’État.

Jean-Michel QUILLARDET

Président de l’Observatoire International de la Laïcité

contre les dérives communautaires

 

Communiqué – Politique nationale / Union européenne / Agenda / Cours sur la laïcité

1 – Politique nationale : 

L’Observatoire international de la laïcité contre les dérives communautaires se félicite des déclarations de Monsieur François Hollande souhaitant, en cas d’élection à la présidence de la République, faire inscrire dans la Constitution la règle de la séparation des églises et de l’État. La Constitution de la République française affirme clairement que la République est laïque et introduire dans la Constitution l’article 1 et l’article 2, par exemple de la loi du 9 décembre 1905, serait une avancée extrêmement importante, au moment où en Europe et dans le monde ce principe semble singulièrement écorné.

2 – Union européenne : 

L’O.I.L.C.D.C. représenté par son président Jean-Michel Quillardet et son vice-président Fabien Taïeb, rencontreront le 30 novembre 2011 le président de la Commission européenne, Monsieur Barroso, le président du Conseil européen, Monsieur Von Rompuy, le président du Parlement européen, Monsieur Jerzy Buzek, afin d’envisager ensemble la promotion des droits et libertés démocratiques en Europe.

Cette rencontre se situe dans le cadre de l’article 17, alinéa 2, du traité de Lisbonne qui prévoit que les représentants des institutions européennes engagent un dialogue constant avec les organisations non-confessionnelles. Au moment où l’Europe se trouve aux prises de difficultés économiques et financières sans précédent et où les marchés semblent dicter leur loi aux politiques, l’Observatoire international de la laïcité entend souligner l’importance de ces rencontres, les institutions européennes ne privilégiant plus un rapport unique avec les organisations religieuses, mais également avec les organisations non religieuses et laïques.

C’est là une avancée incontestable et il convient que l’ensemble des organisations laïques et non-confessionnelles européennes prennent leur place dans ce dialogue. L’Observatoire international de la laïcité appelle, d’ailleurs, les pouvoirs publics français à organiser périodiquement de tels dialogues, alors même que seuls aujourd’hui les représentants des trois grandes religions monothéistes bénéficient d’une constante attention.

3 – Agenda : 

L’O.I.L.C.D.C. sera très mobilisé pour célébrer l’anniversaire de la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation des églises et de l’État. Jean-Michel Quillardet, son Président, participera à diverses conférences et débats :

  • à l’université d’Évry le 5 décembre ;
  • au Grand Orient de France de Lille le 6 décembre ;
  • à la Licra de Bordeaux le 8 décembre ;
  • à une manifestation publique avec l’ensemble des associations laïques le 10 décembre à Bordeaux et fera le soir-même une conférence sur la laïcité.
Le vice-président de l’Observatoire, Antoine Sfeir, quant à lui participera à un grand colloque organisé par la fédération française du Droit humain. Denise Teissier-Flesch, secrétaire générale, représentera l’O.I.L.C.D.C. au rendez-vous de la laïcité le 9 décembre prochain au Sénat ainsi qu’au banquet républicain.

 

4 – Cours de laïcité : 

 

L’O.I.L.C.D.C. se réjouit de la création par l’Université d’Évry Val d’Essonne d’un enseignement dit d’ouverture sur la laïcité, ouvert aux étudiants de l’université. Ce cours a été adopté à l’unanimité par le conseil de la vie universitaire du 15 novembre 2011 à l’initiative de Bernard Ferrand, chargé de mission laïcité à l’université. Jean-Michel Quillardet, président de l’O.I.L.C.D.C., animera cet enseignement.
Fait à Paris, le 30 novembre 2011

LA LAÏCITÉ EN ÉCHEC

L’esprit laïc depuis quelques années échoue à se faire comprendre tant dans le monde qu’en France.

Le printemps arabe a été salué à juste titre comme l’avènement de la démocratie après les années noires.

Mais aujourd’hui nous ne pouvons que constater :

  • La victoire d’un parti fondé sur les valeurs de l’islam en Tunisie ;

  • Le retour de la charia par le nouveau gouvernement « démocratique » libyen ;

  • La montée progressive « des frères musulmans » en Égypte ;

  • Les succès électoraux de l’AKP en Turquie.

Les laïcs tunisiens, turcs, égyptiens, libyens n’ont pu faire oublier que cette idée laïque avait été imposée par la force de régimes tyranniques.

Lire la suite…

Communiqué sur nos prochaines rencontres

COMMUNIQUÉ

Observatoire international de la laïcité

contre les dérives communautaires

L’Observatoire international de la laïcité contre les dérives communautaires vous informe de nos prochaines rencontres.

 

  • Pour les 30ans de Radio Notre Dame 100.7, une conférence est organisée durant trois jours, depuis l’amphithéâtre Cardinal Louis-Marie Billé (58 avenue de Breteuil dans le 7ème arrondissement de Paris) avec une série d’émissions en direct. Jean-Michel Quillardet a été invité à participer à l’émission La voix est libre le mardi 11 octobre de 9h à 10h. La voix est libre, rendez-vous quotidien avec l’actualité, aura pour thème « Les catholiques doivent-ils se laisser taper dessus ? ».

  • Conférence publique. Quel dialogue voulons-nous construire, nous, organisations philosophiques et non-confessionnelles, avec l’Union européenne ? Jean-Michel Quillardet participera au colloque organisé au Parlement européen à Bruxelles le 20 octobre prochain de 14 à 18 heures (Salle A3G2) à l’invitation de Véronique de Keyser, député européen.

  • Par ailleurs, le président de l’O.I.L.C.D.C., Jean-Michel Quillardet, est l’auteur d’une tribune « Une vision concordataire de la laïcité » publiée le 13 septembre dernier dans la Gazette des communes et traitant des quatre arrêts rendus cet été par le Conseil d’État qui transforment l’équilibre de la loi du 9 décembre 1905. Nous vous proposons de retrouver cet article ici : Gazette des Communes – 13 septembre 2011.

Fait à Paris, le 30 septembre 2011

Communiqué sur la jurisprudence du Conseil d’État

COMMUNIQUÉ

Observatoire international de la laïcité

contre les dérives communautaires


L’Observatoire international de la laïcité contre les dérives communautaires vient de prendre connaissance de la jurisprudence du Conseil d’État quant à l’application de la loi de 1905.

Au moment où l’Assemblée nationale a voté une résolution portant sur « la laïcité et la liberté religieuse », on ne doit pas s’étonner que désormais la laïcité se confonde avec la liberté religieuse.

Alors que cette dernière n’est qu’une branche de la laïcité.

Le Conseil d’État s’inscrit parfaitement dans cette démarche : il protège d’abord d’un point de vue juridique le libre exercice des cultes, faisant passer au deuxième plan la séparation des églises et de l’État revenant ainsi, à notre sens, clairement, sur le principe même de la loi de 1905.

La laïcité sans adjectif, se voit en effet substituer la notion de laïcité plurielle, positive, ouverte.

L’Observatoire international de la laïcité ne peut que le dénoncer.

Les dernières décisions du Conseil d’État posent en fait la question du statut des églises et des religions dans la société française d’aujourd’hui.

L’esprit, tant de la résolution votée par l’Assemblée nationale que de la jurisprudence du Conseil d’État, est de leur accorder un statut privilégié et dérogatoire à toutes autres formes de pensée, de philosophie ou de démarche spirituelle ou matérialiste.

La loi de 1905 n’est pas modifiée et ne le sera pas mais, peu à peu, par des dispositions réglementaires ou des décisions jurisprudentielles, elle est en effet désormais amendée, toilettée, réorganisée, et ce au prix d’un déséquilibre constant entre une conception du monde, religieuse, parfaitement légitime et respectable et de multiples autres conceptions, tout aussi légitimes et respectables mais qui ne bénéficient d’aucun privilège public.

Faut-il alors, devant ce triste constat, s’inspirer de la laïcité à la belge : soit reconnaissance et financement des cultes par l’État mais également reconnaissance et financement des associations laïques et philosophiques par l’État ?

L’Observatoire international de la laïcité au cours des prochaines élections présidentielles interpellera chaque candidat pour connaître sa position et ses engagements quant à l’application du principe de la laïcité dans le cadre de la République française.

Pour l’O.I.L.C.D.C., son président,

Jean-Michel QUILLARDET

               

Communiqué sur la présence de l’O.I.L.C.D.C. dans les médias

COMMUNIQUÉ

Observatoire international de la laïcité

contre les dérives communautaires

L’Observatoire international de la laïcité contre les dérives communautaires vous informe de sa présence dans les médias.

 

Pierre Moscovici et Alain Juppé ont débattu avec bonne humeur et modération. PHOTO THIERRY DAVID

 

  • Jean-Michel Quillardet participa, en tant que président de l’O.I.L.C.D.C., au colloque national organisé par la LICRA (ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) à Bordeaux le 2 avril 2011 sur le thème « la richesse de la diversité dans l’unité de la république ». Un compte rendu paru dans les colonnes du journal Sud Ouest est à votre disposition, pour y accéder merci de cliquer sur ce lien.
  • Par ailleurs, Jean-Michel Quillardet était l’invité le 31 mars dernier de l’émission radio Les Enjeux internationaux de Thierry Garcin sur France Culture, l’émission est rediffusée en podcast. Il y expliqua le fonctionnement comparé de la laïcité dans quelques pays européens. Quelles que soient les ambiguïtés, la complexité voire la confusion du débat actuel sur la laïcité et l’islam en France, a fortiori son instrumentalisation politique, il est utile de regarder à nouveau des modèles laïcs par principe, a fortiori constitutionnellement. Outre celui de la France, on peut comparer deux exemples, celui de la Belgique et celui de la Turquie (certes, ce dernier  faiblement européen sur le plan géographique, sans parler de la religion). Après quoi, ce qui frappe sur le Vieux Continent, c’est la diversité des modèles ou des expériences qui l’emporte, pour le meilleur et pour le pire. Nous vous proposons de réécouter l’émission radio en cliquant sur ce lien.

Lancé en février 2011, pour discuter de la place de l'islam en France, le débat de l'UMP a été recadré en l'espace de quelques semaines. |AFP/JOEL SAGET