Archive

Posts Tagged ‘Nicolas Sarkozy’

Communiqué – Interview de Sarkozy dans Le Figaro Magazine du 11 février 2012

600e anniversaire de la naissance de Jeanne d'Arc Crédits photo : Elodie GREGOIRE/REA/Elodie GREGOIRE/REA

600e anniversaire de la naissance de Jeanne d'Arc Crédits photo : Elodie GREGOIRE/REA/Elodie GREGOIRE/REA

L’Observatoire international de la laïcité contre les dérives communautaires prend connaissance de l’interview de Nicolas Sarkozy dans Le Figaro Magazine du samedi 11 février 2012.

On peut y lire la phrase suivante :

« La France a des racines chrétiennes et même judéo-chrétiennes, c’est une vérité historique qu’il serait absurde de nier ! Voyez le long manteau d’églises et de cathédrales qui recouvre notre pays. La France est née de la rencontre entre la volonté des rois et celle de l’église. Jeanne d’Arc dont on vient de fêter le 600ème anniversaire de la naissance est au carrefour de cette double volonté. Dire cela ne signifie pas qu’on appartient à une église ni qu’on adhère moins aux valeurs de la République ou au principe de laïcité. N’amputons pas la France d’une part de son histoire (…) ».

Certes, il s’agit ici d’une part de l’histoire de France. En quelques sortes, la France fille aînée de l’église.

La France oui. Mais pas la République.

Car il y a bien eu une rupture dans l’histoire de France en 1789, la Révolution française, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, reprenant les valeurs exprimées par les Lumières.

La République est née des Lumières, et de 1789.

Le point d’équilibre de la France ce n’est pas Jeanne d’Arc, c’est Voltaire, Montesquieu, Diderot, Rousseau et les révolutionnaires de 1789.

La République assume l’ensemble de l’histoire de France mais elle doit aussi affirmer sa propre spécificité et sa propre histoire.

L’oublier ou le renier c’est remettre en cause, d’une certaine manière, le pacte républicain.

Jean-Michel QUILLARDET

Président de l’Observatoire International de la Laïcité

contre les dérives communautaires


Publicités

La religion à la rescousse de la laïcité

Suite à la déclaration de la Conférence des responsables de culte en France, la journaliste Hélène Rouquette-Valeins publie aujourd’hui dans le quotidien régional Sud Ouest, un article intitulé « La religion à la rescousse de la laïcité ». Les religieux rejettent le débat. Le président de l’Observatoire de la laïcité s’interroge sur la place des religions dans la sphère publique en France.

En janvier 2008, pour les vœux aux autorités religieuses, Mgr Vingt-Trois, le pasteur Baty et le métropolite Emmanuel rendaient visite à Nicolas Sarkozy. Aujourd'hui, les mêmes signent un appel en compagnie du grand rabbin Bernheim, de M. Moussaoui et du révérend Wang-Genh. AFP

Ils sont six mais ont signé comme un seul homme (voir la liste des signataires à la fin de la déclaration de la Conférence des responsables de culte en France). La Conférence des responsables de culte en France – qui regroupe les six instances responsables du bouddhisme, des églises chrétiennes (catholique, orthodoxe, protestante), de l’islam et du judaïsme – refuse de participer au débat sur la laïcité maintenu le 5 avril prochain par Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP.

Ses membres l’ont fait savoir dans une tribune intitulée « Débat sur la laïcité : sérénité et vigilance », dans laquelle ils appellent à « ne pas dilapider ce précieux acquis » qu’est selon eux la laïcité à la française. Tout en haussant courtoisement le ton, les religieux montrent qu’ils ne sont pas dupes. Le débat soutenu par Nicolas Sarkozy, mais dont Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale, estime qu’il « n’est pas le premier sujet qui préoccupe les Français » cache, selon Jean-Michel Quillardet, président de l’Observatoire de la laïcité et ancien grand maître du Grand Orient de France, « une volonté un peu sourde du chef de l’État de modifier sans le dire la loi de 1905 ».

Il souligne l’aspect positif de la tribune libre écrite par les religieux. Elle montre selon lui qu’ils ne veulent pas être instrumentalisés et se méfient de ce débat, qui cache en fait un débat sur l’islam lancé dans la course à l’échalote que l’UMP a engagée avec le FN. « Néanmoins, souligne-t-il, à la lecture de ce texte quelque chose me paraît inquiétant. » (…)

Lire la suite…

La devise républicaine est aussi celle des francs-maçons

Article paru dans le Courrier de l’Ouest, à propos de la Conférence qui s’est tenue à Angers le 06 novembre 2010.

3 QUESTIONS À Jean-Michel Quillardet

« La devise républicaine est aussi celle des francs-maçons »

Jean-Michel Quillardet, ancien grand maître du Grand Orient de France, la plus ancienne loge maçonnique d’Europe, donnait une conférence publique samedi à la faculté de droit d’Angers.

 

1 Pourquoi avoir intitulé votre conférence « Liberté, égalité, fraternité » ?

« Nous avons la même devise que la République et commençons toujours nos travaux en affirmant ces trois valeurs : liberté, égalité, fraternité. La franc-maçonnerie est issue de la pensée des Lumières et les francs-maçons ont toujours été attachés à la liberté de conscience. Ils ont participé à l’évolution intellectuelle avant la proclamation de la République, ont même été les plus fidèles soutiens de la République… avant la République ».

2 Vous êtes aussi président de l’Observatoire international de la laïcité, une autre valeur que défend la franc-maçonnerie.

« Nous sommes en effet très attentifs au principe de laïcité et à celui de l’égalité des citoyens devant la loi. L’Homme est un citoyen avant d’être un croyant, un athée ou un agnostique. Actuellement, nous pensons qu’une certaine conception de la République est en danger, la laïcité aussi ».

3 Avez-vous des exemples ?

« Je peux donner deux exemples en France. Le premier concerne l’évolution des rapports entre l’État et la religion depuis l’élection de Nicolas Sarkozy. On privilégie le dialogue avec les religions au détriment des autres. Nicolas Sarkozy fait le signe de croix, marquant en tant que président son appartenance à une foi, ce qui est contre le principe de laïcité. Le second a trait à la « communautarisation » de la société. On s’adresse aux juifs, aux musulmans, ce qui a pour effet de faire recroqueviller la société dans les communautés. C’est une conception anglo-saxonne de la société qui n’est pas celle des francs-maçons ».

La laïcité au 21e siècle

Le Centre Communautaire Laïc Juif, ou CCLJ, est une association sans but lucratif sise en Belgique, ayant pour but de promouvoir une vision libre-exaministe du judaïsme, appuyant fortement sur la culture juive, ainsi que la paix au Moyen Orient.

Le CCLJ possède son propre organe de presse, Regards, magazine qui publie dans son numéro 721 un article intitulé « LA LAÏCITÉ AU 21e SIÈCLE » en sollicitant l’opinion d’Éliane Deproost*, secrétaire générale du Centre d’action laïque (CAL) et de Jean-Michel Quillardet, président de l’Observatoire international de la laïcité contre les dérives communautaires (OILCDC).

Lire la suite…

Sur l’Église, les défenseurs des Droits de l’Homme et l’État.

COMMUNIQUÉ

de l’Observatoire international de la laïcité

contre les dérives communautaires


L’Observatoire international de la laïcité contre les dérives communautaires :

–         rappelle que la laïcité n’est aucunement une atteinte à la liberté d’expression et que dans ces conditions, les positions prises ces jours derniers quant à la politique sécuritaire du gouvernement, par l’Eglise catholique sont tout à fait légitimes ;

–         par contre dénonce, au moment où le ministre de l’Intérieur reçoit le Président de la Conférence épiscopale en suite de ses déclarations, à nouveau le caractère privilégié que le gouvernement accorde aux relations avec les autorités religieuses ;

–         s’étonne en effet que le ministre de l’Intérieur n’ait pas aussi reçu, ensuite de leur indignation, le Président de la Ligue des Droits de l’Homme, les représentants de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme, le Grand Orient de France, etc. ;

–         marquant ainsi l’indifférence dont sont l’objet tous ceux qui militent pour les libertés individuelles, collectives et les Droits de l’Homme en ne se fondant pas sur une conception métaphysique de la société ;

–         s’indigne que non seulement le Président de la conférence épiscopale soit reçu par le ministre de l’intérieur mais qu’il le sera également dans les prochains jours par le Président de la République ;

–         affirme que la laïcité c’est la reconnaissance par l’État de toutes les sensibilités qu’elles soient spirituelles ou non et qu’en l’espèce seule a été à nouveau préférée la sensibilité religieuse.

En cela, l’attitude des pouvoirs publics constitue une atteinte aux principes de laïcité républicaine.

Jean Michel QUILLARDET,

Président de l’Observatoire international de la laïcité contre les dérives communautaires.

Communiqué sur la nécessité de veiller à l’application des principes républicains

L’Observatoire international de la laïcité contre les dérives communautaires n’a jamais considéré la laïcité comme une entrave à l’exercice de la liberté religieuse. Il a toujours rappelé que la laïcité n’était pas la sécularisation de la société, c’est-à-dire la négation du fait religieux dans l’histoire ou la culture d’un pays.

Il a toujours affirmé que la laïcité c’était la séparation des églises et de l’État, la reconnaissance de toutes les conceptions philosophiques de la connaissance de l’homme et du monde, la conception religieuse n’étant pas supérieure et ne devant pas être privilégiée aux conceptions agnostiques, matérialistes ou athées…

Par contre il ne peut rester indifférent à une emprise de plus en plus prégnante de la culture religieuse dans l’espace public.

À ce titre, citons quelques exemples récents …

Lire la suite…

Une loi politique et ses remous juridiques autour de la burqa

Dans un article du quotidien régional Sud Ouest publié le 20 mai dernier, la journaliste Hélène Rouquette-Valeins revient en détail sur les principales questions que soulève le projet de loi sur le voile intégral. De quoi s’agit-il? Pourquoi légiférer? Qu’est-ce que cette loi pourrait déclencher sur le plan juridique? Que cache le voile intégral sur le plan politique?

Lire la suite…